058.330.04.10

Mise en conformité électrique et achat de maison : ce qu’il faut savoir

Vous le savez certainement, l’électricité peut représenter un poste budgétaire important au moment de l’acquisition/construction d’une maison. S’il faut tout installer ou tout rénover, le montant peut représenter jusqu’à 6% de l’achat !


C’est pourquoi il est indispensable de bien évaluer l’état des installations et de voir si une mise en conformité électrique s’impose (ou non) avant de prendre la moindre décision. En cas de non conformité électrique, pas de panique, voici quelques conseils.

Accés rapide

La mise en conformité électrique est indispensable pour votre sécurité

Un avis technique avant l’achat d’une maison afin d’évaluer la conformité de l’installation électrique de la maison est un recours intéressant. Cette étape vous permettra d’en savoir plus sur l’état de l’installation et d’estimer les éventuels travaux à réaliser.

 

Si l’installation n’est pas conforme (notamment du point de vue de la norme NF C15-100), celle-ci doit obligatoirement répondre aux normes dans les 18 mois qui succèdent l’achat du bien. En ce qui nous concerne, nous vous conseillons vivement d’y remédier dès les premiers chantiers, car il en va de votre sécurité, de celle de votre famille et des artisans qui interviendront chez vous.

 

Pour rappel, une installation électrique en mauvais état favorise les risques d’incendie et d’électrocution.

Mise en conformité électrique et confort de vie

Au-delà de la dimension sécurité, la mise en conformité de votre installation électrique sera gage de confort et de sérénité.


Ce sera peut-être l’occasion pour vous de vous faire plaisir : installation de lumières d’ambiance, investissement dans un sol chauffant électrique, éclairage à distance, interrupteurs intelligents, spots encastrés, et bien d’autres !

Non conformité électrique dissimulée, comment réagir ?

Une installation électrique non conforme qui n’a pas été déclarée au moment de l’achat du bien peut constituer un vice caché ou un dol.

 

Pour rappel : le dol sous-entend que le vendeur avait parfaitement connaissance du problème soulevé et n’en a volontairement jamais fait part à l’acheteur. Le vice caché, quant à lui, constitue un défaut dont le vendeur n’avait pas forcément connaissance au moment de la vente.

 

Si suite à l’achat vous avez constaté que l’installation électrique n’est pas conforme, il se peut que le vendeur ait volontairement – ou non – omis de vous en informer. Dans ce cas, vous pouvez faire un recours en vice caché ou dol dans le but d’obtenir un dédommagement, voire l’annulation de la vente. Notez tout de même que ce genre de recours est long et coûteux.

  • Prendre contact avec Lamy Expertise

    Expertise immobilière et bâtiment en Suisse romande

    Avis Google : 4

    4/5

    Trouver un expert près de chez vous